innovation

Olivier Ezratty : la révolution numérique

L’accélération du progrès technologique est peut-être ce qui caractérise le mieux notre époque. Nous avons développé des outils d’une sophistication encore inimaginable il y a quelques décennies qui nous donnent un pouvoir immense.
La révolution numérique en particulier a eu pour conséquence une accélération du rythme de l’innovation, permettant notamment à l’information de circuler tout le temps et partout, au point que nous sommes tous plus ou moins dépassés par la profondeur et vitesse du changement de notre environnement. 
 
Olivier Ezratty est un veilleur technologique qui passe son temps à tenter de comprendre ce que le développement et la diffusion des technologies numériques impliquent pour la société, les entreprises et les individus. 

Nous parlons ensemble entre autres de l’histoire récente de la tech, d’intelligence artificielle, d’informatique quantique et de ce qu’il faut en retenir pour mieux appréhender la complexité du monde actuel et imaginer ce qui vient. 

De quoi parle-t-on ?

2″ – Intro
  • « J’aime me faire une idée des choses par moi-même. »
  • Les 3 ondes qui construisent le futur
 
6″ – La révolution numérique
  • « J’ai vécu toutes les révolutions numériques qui se sont succédées : micro-informatique, internet, mobilité… »
  • « On vit la transformation numérique depuis 40 ans. »
  • Ce qu’a changé le numérique pour les particuliers et les entreprises…
  • D’où vient la sensation d’accélération du temps ?
    • La saturation de nos cerveaux 
    • L’accélération des ruptures technologiques dans tous les secteurs 
  • « On est sans arrêt en train de rattraper son retard sur la compréhension des concepts de base. »
 
17″ – De l’importance d’avoir une culture technologique
  • « La méconnaissance des outils fait que les gens sont sous-productifs dans leur usage. »
  • « L’innovation a toujours été au croisement entre la capacité à analyser les problèmes existants et la compréhension des nouvelles technologies. »
  • La défragmentation des marchés, ou la remise à plat des vieux équilibres de l’offre et de la demande.
  • Le glissement du travail du fournisseur chez le client : on fait plus de choses soi-même plutôt que passer par des intermédiaires et on gagne donc du temps.
 
28″ – Les enjeux politiques et géo-politiques autour du numérique
  • La concentration des usages sur quelques outils seulement
  • « On a toujours eu peur des grandes entreprises mondiales, surtout quand elles sont étrangères… »
  • « Dans le contexte du numérique, l’Europe est fragile en raison de sa fragmentation culturelle et économique. »
 
37″ – L’intelligence artificielle (IA)
  • « L’intelligence artificielle est un sujet presque aussi ancien que l’informatique. »
  • Le « Deep Learning« , l’apprentissage profond, est la raison pour laquelle l’IA est revenue à la mode. 
  • « Une IA d’aujourd’hui ne raisonne quasiment pas plus qu’une IA d’il y a 20 ans alors qu’elle sait reconnaître un chat dans une image »
  • « Le champ scientifique de l’IA n’est pas à 100% le deep learning »
  • « Il y a beaucoup de fantasme sur ce qu’est l’IA »
  • « L’IA c’est une manière de penser le futur en regardant dans le retroviseur »
  • « On ne sait pas faire du raisonnement avec du deep learning »
 
48″ – Les fantasmes et grandes questions autour de l’IA
  • La disparition des emplois ? On n’en sait rien. Cela dépend de beaucoup de paramètre autres que technologiques.
  • L’exemple du « Big Brother » chinois
  • « Le risque c’est la dataisation de la société. »
  • « On peut devenir l’esclave de ses propres outils. »
  • « Le smartphone nous permet de vérifier que nous sommes toujours en contact avec les autres… c’est un besoin physiologique »
  • La singularité : Mythe ou réalité ?
  • « L’intelligence ne sera pas être indépendante, la décision est humaine »
 
1’00 »- Se projeter…
  • « On peut avoir le meilleur et le pire avec n’importe quelle technologie. »
  • « Le solutionnisme technologique est plus fréquent chez les entrepreneurs que chez les chercheurs. »
  • Informatique quantique, IA, et le champ de la simulation au niveau moléculaire
  • « On va arriver à simuler de plus en plus de choses… 
  • Compréhension du vivant et pouvoir sur la vie.

Les personnes et références citées

Les livres recommandés par Olivier :

Pour creuser...

Si vous avez aimé, abonnez-vous.

Si vous avez aimé, abonnez-vous à la newsletter sur le site et au podcast sur votre plateforme préférée. 
Pour m’aider à rendre ce travail plus visible vous pouvez aussi laisser un avis et une note sur iTunes ou Apple podcast.
 

Anne-Sophie Novel : les Media, le monde et nous

Notre rapport au monde est conditionné par l’information que nous captons. Nos croyances, nos idées, nos choix, notre compréhension de la réalité, viennent de ce que nous percevons et comprenons de ce qui nous entoure et de l’interprétation que nous en faisons au travers de nos différents prismes personnels et culturels. 
A l’heure de la post-réalité, des « fakes news », des théories du complot qui se banalisent, à l’ère d’internet, des réseaux sociaux, de la manipulation des images accessible à tous et des bulles d’information, comment est-il encore possible de construire un récit commun, une vision du monde partagée qui puisse nous permettre de faire société ? Comment le journalisme doit-il évoluer ? Quel est notre rapport à l’information et comment est-il amené à changer ? 
Anne-Sophie Novel est économiste de formation, blogueuse, journaliste, et passe son temps à enquêter sur la complexité du monde en partant d’une sensibilité écologique forte. 
Je l’interroge sur sa grille de lecture du présent et de l’avenir et nous nous attardons ensemble sur son sujet du moment : notre rapport aux Media et à l’information.

De quoi parle-t-on ?

2″ – La grille de lecture
  • Economiste de formation
  • Comprendre pourquoi le monde ne tourne pas rond et quelles sont les solutions
  • Injustice sociale, pauvreté, écologie
  • « Le jour où l’on prend conscience de l’état du monde on ne peut plus revenir en arrière. » 
  • « L’écologie n’est pas un terme aimé aujourd’hui, pourtant il veut bien dire ce qu’il veut dire.»
8″ – Le sujet des media et de l’information
  • Nous sommes maitres de ce que l’on se met dans le cerveau
  • L’évolution du journalisme avec internet et les réseaux sociaux
  • La défiance envers les journalistes
  • Une information déformée a 6 fois plus de vitalité qu’une information vraie
  • Les bulles d’information
  • « Tout le monde doit être éduqué sur la manière de s’informer. » 
  • « Une société qui a des croyances établies sur des choses qui sont fausses, c’est dangereux. » 
  • « Nous sommes malades et nous en prenons tout juste conscience. » 
  • Les « fake news » et la réalité alternative
  • « La rumeur a existé de tout temps. » 
  • « Le journalisme d’antidote. » 
  • « Je n’avais pas mesure a quel point on peut être manipule. » 
  • « On ne croit plus les faits, on croit notre propre perception des faits. » 
  • « Je crois en la puissance de la fiction. » 
35″ – Le monde à venir ?
  • « L’effondrement on y déjà… Maintenant qu’est-ce qu’on fait ? »
  • « Il n’y a pas de réponse toute faite. »  
  • « Comment être écolo sans devenir dépressif… ? » 
  • Un signal faible : l’effondrement du vivant.
  • Que faire en tant que mère et en tant que femme ?
  • La collapsologie ?

Les personnes et références citées

Les livres recommandés par Anne-Sophie :

Pour creuser...

Si vous avez aimé, abonnez-vous.

Si vous avez aimé, abonnez-vous à la newsletter sur le site et au podcast sur votre plateforme préférée et laissez un avis et une note (sur Apple podcast), ça m’aide beaucoup :

Xavier Pavie : L’innovation à l’épreuve de la philosophie

Se projeter dans le futur c’est essayer de deviner ce qui sera différent d’aujourd’hui, puisque finalement rien n’est vraiment stable et que le temps fait inexorablement évoluer les choses. Le principe d’entropie (« transformation » en grecque) nous explique qu’à mesure que le temps avance un système, quel qu’il soit, devient forcément de plus en plus désorganisé, de plus en plus complexe; pas étonnant donc que nous ayons le sentiment que demain sera forcément différent d’aujourd’hui. 

Le nouveau mot très à la mode depuis quelque temps maintenant pour penser demain, c’est l’innovation. On ne parle plus tellement de progrès, on parle d’innovation… Il faudrait à tout prix innover, c’est à dire faire différemment, inventer des choses, pour rester compétitif, pour aller de l’avant, pour espérer résoudre les problèmes actuels. 

Depuis cinquante ans, les innovations ont pris une nouvelle dimension : Internet, séquençage de l’ADN, manipulations génomiques, avancées du transhumanisme, nanotechnologies… Ces innovations récentes ne sont pas sans soulever des problématiques nouvelles dont les conséquences sont aussi importantes qu’irréversibles. 

L’innovateur, dont Steve Jobs, Mark Zuckerberg ou Elon Musk sont des figures contemporaines emblématiques, apparaît comme une personnalité aussi géniale que destructrice, qui ambitionne de changer le monde quelle que soit la violence qui découlera de son innovation. Se dessine alors la nécessité d’établir une innovation-responsable, dans laquelle l’innovateur devrait rendre compte de ses actes et revoir sa position de héros. 

Pour établir cette nouvelle éthique, la philosophie est un recours nécessaire, puisqu’avec les stoïciens, Aristote, Kant, Nietzsche et Foucault, entre autres, elle interroge la maîtrise de soi, la prudence, le respect, la volonté de puissance et le pouvoir, toutes notions à rapprocher de la figure de l’innovateur.

Xavier Pavie met l’innovation à l’épreuve de la philosophie.

Xavie est professeur à l’ESSEC Business School, directeur académique du programme Grande École à Singapour et directeur du centre iMagination. Il est également chercheur associé à l’Institut de recherches philosophiques (IREPH) à l’université Paris-Nanterre.

De quoi parle-t-on ?

4″ – L’époque actuelle
  • «  Il y a toujours eu des bouleversements ».

  • L’époque actuelle est dans la continuité des autres, mais pour la première fois nous nous apercevons des effets.

  • Nous n’avons eu de cesse d’essayer de bouleverser nos écosystèmes. Il y a toujours eu des injonctions à prendre possession de la nature.

  • Il n’y a plus de phase de digestion de l’innovation. «  Il y a une accélération de la diffusion de l’innovation. » 

  • «  L’innovation met et maintient en mouvement la machine capitaliste. » 

 
10″ – Les différents types d’innovation
  • Les 4 catégories aujourd’hui admises: produits, process, commercialisation, organisation.

  • Les 3 degrés d’innovation : incrémentale, radicale (ou disruptive), paradigmatique.

  • «  Le e-commerce n’est pas un bouleversement en tant que tel, c’est internet le bouleversement » 

  • L’innovation paradigmatique est très rare.

 
16″ – Le progrès 
  • «  La notion de progrès est une notion désintéressée, ce que n’est pas l’innovation.  » 

  • «  Nous ne sommes plus dans une dimension de progrès,  mais nous sommes tournés vers des innovations dont le but est d’être profitable. » 

  • «  On est tombé dans de la recherche à l’américaine : public-académique-privé. » 

  • «  Darwin n’a pas été sponsorisé. »  

  • Beaucoup de grands problèmes du monde sont très simples à résoudre, simplement quel est le retour sur investissement ?

 
23″ – Les innovateurs
  • «  Les innovateurs ont souvent des problèmes à résoudre avec eux-mêmes. » 

  • «  Les innovateurs ne sont pas contre les choses mais ils construisent en dehors des choses existantes. » 

  • «  Ils ne sont pas contre les règles, ils sont en dehors des règles » 

 
26″ – Innover à tout prix ?
  • L’injonction « si je n’innove pas je meurs » est liée à l’incapacité à prendre de la distance par rapport a ce que l’on fait. Nous ne sommes plus éduqués à la philosophie… 

  • « Pourquoi nous faisons ce que nous faisons est la question qui devrait toujours nous habiter. Aujourd’hui nous ne savons pas pourquoi nous faisons les choses. » 

  • «  Les innovateurs sont responsables du monde qui est en train d’être construit. » 

  • «  Nous n’avons plus qu’une seule façon de penser, c’est la pensée capitaliste ». Ce modèle de penser pose problème dans un monde fini. 

  • Opposition entre nécessite court-terme et besoin long-terme.

  • « Se mettre à penser c’est s’arrêter. » 

 
35″ – Une innovation éthique ?
  • Une entreprise qui se comporte bien génère plus de rentabilité. 

  • Il faut enseigner une autre manière d’innover.

  • La première responsabilité est toujours celle de l’innovateur.

  • De la responsabilité du consommateur.

 
46″- Ecologie et innovation ?
  • « La première question est : quel monde voulons-nous? » 

  • «  Protéger la planète comme une fin en soi ou comme un moyen de faire quelque chose? » 

  • Se redéfinir soi-même. Définir une esthétique de l’existence. 

  • «  La situation actuelle est une bonne nouvelle pour se reposer des questions pour soi et en soi. » 

  • La volonté de puissance et la destruction créatrice. 

  • «  L’innovateur veut montrer cette volonté de puissance » 

  • «  La volonté de puissance collective est toujours portée par un individu, on a besoin d’une voix. » 

 
55″ – La vision de l’avenir de Xavier
  • «  L’avenir est plutôt optimiste dès lors que l’on apprend à penser. » 

  • «  Si nous ne changeons pas alors que le monde change, nous régressons » 


Les personnes et références citées

Les livres recommandés par Xavier :

Si vous avez aimé, abonnez-vous.

Si vous avez aimé, abonnez-vous à la newsletter sur le site et au podcast sur votre plateforme préférée et laissez un avis et une note (sur Apple podcast), ça m’aide beaucoup :